Un réseau ouvert à la concurrence
Les sites techniques de Languedoc Roussillon Haut Débit peuvent accueillir l'ensemble des équipements techniques (DSLAM) de l'ensemble des opérateurs qui souhaitent proposer des offres commerciales.

Ainsi, l'ensemble des fournisseurs d'accès à Internet (FAI) pourront utiliser le réseau Languedoc Roussillon Haut débit et les habitants auront alors le choix parmi les offres existantes sur le marché.
Glossaire



Adresse électronique ou adresse e-mail ou adresse mail

Une adresse électronique (ou encore adresse e-mail ou adresse mail) est une chaîne de caractères permettant de recevoir du courrier électronique dans une boîte aux lettres informatique.

Adresse Web

Les adresses Web sont l'une des trois inventions à la base du World Wide Web, et selon ses inventeurs, la plus fondamentale. Le grand public les connaît sous la forme de libellés d'une dizaine de caractères, commençant souvent par « www », et qui identifient une page web ; par exemple www.example.com. L'adresse techniquement correcte doit en fait commencer par un nom de protocole ; pour cet exemple, cela donne http://www.example.com. Les adresses web sont la base des hyperliens du Web.

Dans le langage technique, on ne parle pas d'adresse web mais d'URI (pour Uniform Resource Identifier, soit identifiant uniforme de ressource), d'URL (pour Uniform Resource Locator, soit repère uniforme de ressource, un type d'URI), ou plus rarement d'URN (Uniform Resource Name, soit nom uniforme de ressource, un autre type d'URI). Il s'agit de trois standards d'Internet qui spécifient la syntaxe et la sémantique des adresses Web, notamment les RFC 1738, RFC 2396 et RFC 3986. En outre, le U de « uniforme », qui signifiait à l'origine universel (RFC 1630), met l'accent sur les capacités d'adressage quasiment universel de ces adresses : forums Usenet, boîte de courrier électronique, fichiers sur site FTP, etc. ; soit pratiquement tout ce qui est disponible sur Internet et même au-delà, comme des documents de référence, des livres, etc.

Il ne faut pas confondre les adresses web avec les adresses électroniques ni les adresses IP. La dénomination adresse Internet peut désigner une adresse web, mais elle est en fait totalement ambiguë.

ADSL

L’ADSL est une technique de communication qui permet d'utiliser une ligne téléphonique d'abonné (ou une ligne RNIS) pour transmettre et recevoir des données numériques à des débits élevés, de manière indépendante du service téléphonique proprement dit (contrairement aux modems analogiques). Cette technologie est massivement mise en œuvre par les fournisseurs d'accès à Internet pour le support des accès dits « haut-débit ».

Le sigle anglais ADSL signifie Asymmetric Digital Subscriber Line, qui se traduit fonctionnellement par « [liaison] numérique [à débit] asymétrique [sur] ligne d'abonné »1. La terminologie française officielle recommande l'expression « liaison numérique asymétrique »2, mais le terme anglais « ADSL » reste le plus largement utilisé dans le langage courant.

En France, le lancement commercial de l'ADSL a été effectué par France Telecom Interactive en 1999.

Courrier électronique, courriel, e-mail ou mail

Le courrier électronique, ou courriel par contraction, est un service de transmission de messages envoyés électroniquement via un réseau informatique (principalement l'Internet) dans la boîte aux lettres électronique d’un destinataire choisi par l’émetteur. L'expression, qui désigne aussi le message, concurrence, sous sa forme abrégée, les emprunts à l'anglais e-mail, email et mail (formes abrégées de « electronic mail »), dont l'emploi, s'il est proscrit dans les documents administratifs en France est largement répandu dans la langue courante.

Fibre optique

Une fibre optique est un fil en verre ou en plastique très fin qui a la propriété de conduire la lumière et sert dans les transmissions terrestres et océaniques de données. Elle offre un débit d'informations nettement supérieur à celui des câbles coaxiaux et supporte un réseau « large bande » par lequel peuvent transiter aussi bien la télévision, le téléphone, la visioconférence ou les données informatiques.

Le principe de la fibre optique a été développé dans les années 1970 dans les laboratoires de l'entreprise américaine Corning Glass Works (actuelle Corning Incorporated).

Entourée d'une gaine protectrice, la fibre optique peut être utilisée pour conduire de la lumière entre deux lieux distants de plusieurs centaines, voire milliers, de kilomètres. Le signal lumineux codé par une variation d'intensité est capable de transmettre une grande quantité d'informations. En permettant les communications à très longue distance et à des débits jusqu'alors impossibles, les fibres optiques ont constitué l'un des éléments clef de la révolution des télécommunications optiques. Ses propriétés sont également exploitées dans le domaine des capteurs (température, pression, etc.), dans l'imagerie et dans l'éclairage.

Un nouveau type de fibres optiques, fibres à cristaux photoniques, a également été mis au point ces dernières années, permettant des gains significatifs de performances dans le domaine du traitement optique de l'information par des techniques non linéaires, dans l'amplification optique ou bien encore dans la génération de supercontinuums utilisables par exemple dans le diagnostic médical.

Dans les réseaux informatiques du type Ethernet, pour la relier à d'autres équipements, on peut utiliser un émetteur-récepteur.

Fournisseur d’accès à Internet (FAI)

Un fournisseur d'accès à Internet (FAI), est un organisme (généralement une entreprise) offrant une connexion au réseau informatique Internet. Le terme en anglais désignant un FAI est Internet Service Provider (ISP) ou Internet Access Provider (IAP).

Beaucoup d'entreprises de télécommunications sont également des FAI. Avec l'explosion de la bulle Internet au début des années 2000, de nombreux FAI ont fait faillite, ou ont dû s'adapter pour survivre (restructuration, fusion, rachat).

Haut débit

Le terme de haut débit (ou « large bande », par traduction littérale du terme anglais broadband) fait référence à des capacités d'accès à Internet supérieures à celle de l'accès analogique par modem (typiquement : 56 kilobits par seconde) et à l'accès numérique RNIS (typique 1× ou 2× 64 kilobits par seconde).

Internaute

Un internaute est un utilisateur du réseau Internet.

Le terme internaute est de forme métaphorique, construit à partir du nom Internet et du suffixe -naute.

Il désigne donc une personne qui utilise un navigateur web pour visiter des sites web et, par extension, toute personne employant une application informatique permettant d'obtenir sur Internet des informations, ou de l'interactivité avec d'autres personnes : courrier électronique, chat, transfert de fichiers par FTP ou peer to peer, forums de discussions sur Usenet, etc.

Internet

Internet est le réseau informatique mondial qui rend accessibles au public des services variés comme le courrier électronique, la messagerie instantanée et le World Wide Web, en utilisant le protocole de communication IP (internet protocol). Son architecture technique qui repose sur une hiérarchie de réseaux lui vaut le surnom de réseau des réseaux.

Internet ayant été popularisé par l'apparition du World Wide Web, les deux sont parfois confondus par le public non averti. Le World Wide Web n'est pourtant que l'une des applications d'Internet.

L'accès à Internet peut être obtenu grâce à un fournisseur d'accès à Internet via divers moyens de télécommunication : soit filaire (réseau téléphonique commuté (bas débit), ADSL, fibre optique jusqu'au domicile...) , soit sans fil (WiMAX, Internet par satellite, 3G+...). Un utilisateur d'Internet est désigné en français par le néologisme « internaute ».

Modem

Le modem (mot-valise, pour modulateur-démodulateur), est un périphérique servant à communiquer avec des utilisateurs distants par l'intermédiaire d'une ligne téléphonique. Il permet par exemple d’échanger (envoi/réception) des fichiers, des fax, de se connecter à Internet, d’échanger des courriels, de téléphoner ou de recevoir la télévision. Il peut également être défini comme un acronyme.

Techniquement, l’appareil sert à convertir les données numériques de l’ordinateur en données analogiques transmissibles par une ligne de téléphone classique et réciproquement. Aujourd’hui dans le monde de la voix sur IP ces données analogiques peuvent être également transmise dans une communication voix encodée sans aucun type de compression.

Navigateur Web

Un navigateur Web est un logiciel conçu pour consulter le World Wide Web. Techniquement, c'est au minimum un client HTTP.

Le terme navigateur web est inspiré de Netscape Navigator. D'autres métaphores sont ou ont été utilisées. Le premier terme utilisé était browser, comme en anglais. Par la suite, on a vu fureteur (surtout utilisé au Québec), butineur et brouteur, attestés par l'Académie française, arpenteur, fouineur ou encore explorateur (inspiré d'Internet Explorer). Le terme navigateur internet, bien qu'incorrect, est également souvent rencontré. Aujourd'hui, les termes navigateur ou logiciel de navigation sont recommandés en France par la DGLFLF1, ainsi qu'au Canada par l'OQLF.

Page Web

Une page Web est une ressource du World Wide Web conçue pour être consultée par des visiteurs à l'aide d'un navigateur Web. Elle a une adresse Web. Techniquement, une page Web est souvent constituée d'un document en Hypertext Markup Language (HTML) (ou XHTML) et d'images. Cependant, tout type de ressources ou d'assemblage de ressources, textuelles, visuelles, sonores, logicielles, peuvent constituer une page Web.

Réseau Téléphonique Commuté

Le Réseau Téléphonique Commuté (ou RTC) est le réseau du téléphone (fixe et mobile), dans lequel un poste d'abonné est relié à un central téléphonique par une paire de fils alimentée en batterie centrale (la boucle locale). Les centraux sont eux-mêmes reliés entre eux par des liens offrant un débit de 2 Mb/s : ce sont les Blocs Primaires Numériques (BPN).

Dans le cas d'un réseau construit par un opérateur public, on parle parfois de Réseau Téléphonique Commuté Public (RTCP) ou PSTN, de l'anglais Public Switched Telephone Network.

Le réseau RTCP a été créé par Alexandre Graham Bell dans le but de faire écouter des pièces de théâtre à distance.

Au tout début, les communications étaient établies par des opérateurs et des opératrices, grâce à un système de cordons souples munis de fiches et de tableaux d'arrivée et de départ d'abonnés. Puis vinrent les systèmes de commutations automatiques, qui n'ont cessé d'être améliorés : d'abord électromécaniques, puis électroniques, ils sont désormais numériques et totalement pilotés par informatique.

De l'origine jusqu'à récemment, il existait une continuité électrique entre les deux abonnés : un réel circuit électrique était établi entre les deux téléphones.
  • Pour les liaisons entre centraux, d'encombrants câbles multipaires, puis les câbles coaxiaux numériques, sont désormais remplacés par des faisceaux de fibre optique. Cette dernière permet des débits beaucoup plus élevés, sorte d'autoroute qui profite aux technologies numériques d'information et de communication.
  • Pour établir une communication point à point, l'abonné compose un numéro pour que les commutateurs des centraux relient l'appelant à l'appelé. La commutation réserve un canal de communication pour toute la durée de la communication entre les parties reliées.
  • Les premiers tableaux de commutation comprenaient quelques dizaines de prises d'abonnés, les commutateurs électromécaniques ainsi que les électroniques et informatiques actuels peuvent gérer plusieurs milliers d'abonnés, sachant qu'en moyenne, seule une fraction d'entre eux seront en communication simultanément.
  • Les transmissions numériques avec « modems RTC homologués » sont permises. Mais ce réseau, en particulier le système de commutation « analogique », est peu approprié pour le transfert de données numériques, le débit binaire maximal ne dépassant pas les 120 kbit/s.
  • En revanche, beaucoup de lignes finales entre l'abonné et le central (la boucle locale) sont suffisamment courtes, pour pouvoir accueillir des transmissions numériques de débit plus important (jusqu'à 25 Mbit/s ATM en 2006 en France), dites xDSL. À partir du modem ADSL du central les liaisons totalement numériques sont gérées par des commutateurs et routeurs numériques.

Les liaisons entre terminaux mobiles et commutateurs, bien que numériques, sont quant à elles moins performantes, limitées par la technologie radioélectrique utilisée pour transmettre le signal dans l'air.

Site Web

Un site Web est un ensemble de pages Web hyperliées entre elles et mises en ligne à une adresse Web. On dit aussi site Internet par métonymie, le World Wide Web reposant sur Internet.

En juillet 2009, le Web a dépassé plus de 240 millions de sites.

Wi-Fi

Le Wi-Fi (prononcé /wifi/) est une technologie qui permet de relier sans fil plusieurs appareils informatiques (ordinateur, routeur, décodeur Internet, etc.) au sein d'un réseau informatique.

WiMAX

WiMAX (acronyme pour Worldwide Interoperability for Microwave Access) est une famille de normes (IEEE 802.16) dont certaines sont encore en chantier. Elles définissent les transmissions de données à haut-débit, par voie hertzienne. Ce terme est également exploité comme label commercial de ces normes, à l'instar du Wi-Fi pour 802.11. Le WiMAX Forum regroupe tous les acteurs (industriels, opérateurs, exploitants, diffuseurs...) impliqués dans cette série de normes.

WiMAX regroupe des normes et standards de réseaux sans fil précédemment indépendants : HiperMAN développé en Europe par l'ETSI (European Telecommunications Standards Institute) ou encore 802.16 développé par l'IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers).

WiMAX utilise plusieurs technologies de diffusion hertziennes destinées principalement à une architecture "point-multipoint" : un ou plusieurs émetteurs/récepteurs centralisés couvrent une zone où se situent de multiples terminaux.

Le WiMAX procure des débits de plusieurs dizaines de mégabits/seconde sur une zone de couverture portant sur quelques dizaines de kilomètres au maximum. Le WiMAX s'adresse notamment au marché des réseaux métropolitains, le MAN (metropolitan area network) de HiperMAN mais également aux secteurs péri-urbains voire ruraux qui n'ont pas d'infrastructure téléphonique filaire exploitable.

Plusieurs normes et standards relèvent de l'acronyme WiMAX : les plus avancés concernent les usages en situation fixe (l'usager est équipé d'une station domestique et d'une antenne extérieure); les autres concernent une version mobile (connexion à haut-débit en situation de mobilité) dont la norme est en cours d'homologation internationale.



Languedoc-Roussillon Haut Débit - 2010, tous droits réservés - Mentions légales - Contact
Le Projet Régional Haut Débit est cofinancé par l'Union Européenne. L'Europe s'engage en Languedoc-Roussillon avec le Fonds Européen de développement régional.